Fichiers utiles à télécharger

BVD : Je vaccine et j’ai choisi de dépister mes veaux
6 mars 2017 | 67 - Bas-Rhin, 68 - Haut-Rhin, Informations générales

Le dépistage des veaux à la naissance vis à vis de la BVD se généralise au cours de cet hiver dans tous les élevages. Cette mesure s’inscrit dans le programme d’éradication de la BVD mené par les GDS du Grand Est. Mais des éleveurs volontaires dépistent leurs veaux de façon volontaire depuis plus d’un an.
Rencontre avec Nicolas Dieterich (EARL DU MUHLWALD), qui élève 85 vaches limousines à Schweighouse sur Thann, et le Dr Dirrenberger, vétérinaire de l’exploitation.

 

Fin 2014, le GDS intervient dans toutes les AG des syndicats de race pour présenter le dépistage des veaux par la pose d’une troisième boucle. « Sur le coup, je n’en ai pas vu l’intérêt » se rappelle Nicolas Dietrich. « Mais à la suite de cette réunion, j’en ai parlé avec d’autres éleveurs allaitants qui avaient subi des pertes importantes lors d’un passage de BVD. Ça m’a fait changer d’avis » précise Nicolas Dietrich. L’éleveur a appelé le GDS qui lui a commandé des boucles de prélèvement. Le dépistage des veaux pouvait commencer. De l’avis du Dr Dirrenberger « Les cheptels allaitants ont souvent des vêlages groupés sur l’année et peuvent subir des pertes importantes. Il suffit que le virus circule au mauvais moment dans l ‘année et les IPI peuvent être nombreux parmi les veaux ».

Quels risques de contamination pour le cheptel ?
Nicolas Dietrich a conscience de l’enjeu du sanitaire. Les achats sont limités : en fonction des besoins un taureau est introduit l’été quand le bâtiment est vide, le temps de faire les prises de sang d’introduction avant de le mettre avec les femelles. La bétaillère est prêtée à un autre éleveur avec des règles claires : prendre le matériel propre – le ramener propre. Mais Nicolas Dietrich l’avoue, les risques liés aux voisins de parc sont difficiles à maitriser : « Les pâtures des génisses sont autour de mon bâtiment, j’aime les avoir à l’œil. Par contre j’ai des pâtures jusqu’à 45 km de l’exploitation : c’est impossible de maîtriser le risque lié au voisinage dans ces conditions, sans parler des parcs laissés ouverts par les promeneurs et les cueilleurs de champignons… Il y a trois ans, avec mon vétérinaire, nous avons mis en place un protocole de vaccination de toutes les femelles reproductrices ».
Les contacts directs entre bovins sont effectivement les principales sources de contamination d’un troupeau, explique le Dr Dirrenberger. A ce titre-là, les introductions d’animaux sont des voies de contamination importantes. « Les éleveurs ont souvent le réflexe d’isoler le taureau qu’ils ont acheté. Par contre les veaux à faire adopter en cas de mort d’un veau ou l’introduction de vaches nourrices ne sont souvent pas bien maîtrisés, voir ne représentent pas un danger pour un éleveur. Le risque de contamination en pâture est également difficilement maitrisable. Lorsque les risques de contamination sont importants ou ne peuvent être maîtrisés, nous recommandons aux éleveurs de vacciner les mères. Dans notre secteur, où les pâtures sont omniprésentes, nous avons fortement encouragé à vacciner les animaux reproducteurs. »

Quel bilan après un an et demi de bouclage ?
« Le premier bilan, et c’est le plus important, c’est que nous n’avons pas trouvé de positif ! » déclare Nicolas Dietrich. Les vêlages ont lieu en bâtiment. Les veaux sont isolés dans un box derrière les vaches : de bonnes conditions pour boucler sans risque. Les choses vont être simplifiées explique Nicolas Dietrich : « Depuis un an et demi, je pose une troisième boucle qui permet de faire le prélèvement. J’ai passé ma commande de boucle identification et avec les nouvelles boucles, une de deux boucles d’identification sera préleveuse ». Mais l’éleveur s’indigne aussi « Il n’y a pas eu de plus-value pour les veaux bouclés. Les marchands n’ont pas joué le jeu, et ce n’est pas normal. C’est quand même une sécurité pour un acheteur, marchand ou éleveur, d’avoir des animaux NON IPI. »

Quelle vision du programme d’éradication ?
Pour Nicolas Dietrich, le bouclage est à la portée de n’importe quel éleveur. Il y aura des retombées économiques pour les élevages. Avec l’éradication de la BVD, les pertes sanitaires diminueront. Mais pour l’éleveur, il y aura aussi des difficultés : « Il y aura certainement des éleveurs qui ne feront pas les choses correctement. Il faudra des sanctions pour ces gens-là. On ne va pas tolérer d’avoir quelques rebelles qui ne voudront pas entrer dans la démarche. Il faut que ce soit tout le monde ou personne ». Pour le Dr Dirrenberger, il faudra effectivement « entretenir et imposer un ” élan collectif “ » des éleveurs qui vont devoir boucler pendant 4 ans. Mais il ne faut pas s’y tromper, le chantier est grand : « Une éradication n’est possible qu’en dépistant dans tous les troupeaux, en assainissant les cheptels infectés, et en maîtrisant les risques de contamination. L’adhésion de tous les éleveurs est indispensable, et des moyens réglementaires seront nécessaires pour contraindre les derniers récalcitrants. Tant que la zone ne sera pas considérée comme assainie et que les risques ne seront pas maîtrisés, la vaccination restera utile ».

Céline ZUBER- GDS Alsace

Article paru dans la presse agricole locale – mise à jour : mars 2017

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Légende de la photo :

Dr Boris Dirrenberger- vétérinaire de l’exploitation, Aurélie Zwingelstein – technicienne du GDS Alsace, Nicolas Dieterich – éleveur de vaches limousines qui dépiste ses veaux à la naissance